L’apôtre Paul écrivant aux chrétiens de Corinthe doit leur faire le reproche suivant « QUAND VOUS VOUS REUNISSEZ, CE N’EST PLUS POUR MANGER LE REPAS DU SEIGNEUR (la cène dominicale), MAIS POUR VOUS NOURRIR AVEC EXCES ET VOUS ENIVRER (voir 1 Co 11.20). Ils ne faisaient aucune distinction entre le repas de souvenir institué par le Seigneur et les repas habituels, voire les repas mondains.


    Le mot CENE découle du latin « cena » qui désignait le REPAS du soir. Ce terme est employé dans plusieurs traductions françaises pour distinguer sans équivoque le « repas du Seigneur » des autres repas.


    Le mot EUCHARISTIE utilisé dans une fraction de la chrétienté signifie littéralement ACTION DE GRACES. Au moment de l’institution de la cène, le Seigneur « rendit grâces », mais ce n’est là qu’un des 54 emplois dans le Nouveau testament (voir Mt 15.36 ; Jn 11.41 ; Ac 27.35 ; Rm 1.8 …).
    Nous utilisons donc le mot CENE (ou Saine Cène) pour désigner le REPAS DU SEIGNEUR.


    ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

    I- INSTITUTION (Mt 26.20-30 ; Mc 14.22-26 ; Lc 22.14-23 ; 1 Co 11.20-26)


    - ………… ……….. Lc 22.15
    - ……… ………….. 1 Co 11.23

    - ………… ……….. Mt, Mc, Lc
    - ……… ………… 1 Co

    - Dans une église- Dans une simple salle- Dans une synagogue

    - du pain- de l’hostie- une coupe de vin*- uniquement du pain- du pain et une coupe de vin*


    *Vin : il nous est simplement dit : fruit de la vigne


    - ………………… …………………… Mt


    ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

    II- SIGNIFICATION (Mt 26.20-30 ; Mc 14.22-26 ; Lc 22.14-23 ; 1 Co 11.20-26)


    - ………… ………. Mt

    - …… ………….. Mt


    Certains ont pensé que, par un miracle renouvelé, le pain devenait le corps du Seigneur et le vin le sang, lesquels on mangeait et buvait pour avoir la vie éternelle (cf Jn 6.54) :


    - Il ne faut pas perdre de vue le contexte de ce chapitre 6 de Jean où Jésus, en parallèle avec la manne donnée aux fils d’Israël, se présente comme le pain de Dieu, le pain vivant, le pain de vie (v 30-36).


    - Dans ce chapitre, les expressions « manger » et « boire » signifient clairement : croire, s’approprier ; il suffit de lire attentivement le verset 35 et de le rapprocher des versets 47 et 48.


    - Pour qu’il n’y ait aucune méprise, le Seigneur conclut son enseignement par ces mots : « les paroles que moi je vous ai dites sont esprit et sont vie » ; nous ne devons donc pas les prendre dans un sens matériel.


    - Lors de l’institution de la Cène, le Seigneur était présent en chair et en os, non pas dans le pain et de vin, mais avec ses disciples.


    - Lorsque je monte une de mes photos et dit : « c’est moi », personne ne se méprend sur le sens d’une telle affirmation. Ainsi le Seigneur Jésus a pu dire : « c’est mon corps, c’est mon sang », avec le sens évident de : « ceci représente mon corps, ceci représente mon sang ».


    - ………………

    - …………………… …………. 1 Co 11.26

    - …………… ………………. Rm 5.10 ; cf 1 P 1.18-19


    Une Nouvelle Alliance (Hébreux 8.1 à 10.18)


    - ……… …………… Ex 34.10-27

    - ………… ……………. Hb 9

    - …………… ……………………. Hb 9

    - ……… ……………… Mt et Mc

    - ……………… ……….. Jr 31.31-34


    Le Seigneur ne fait pas d’alliance avec son Eglise, elle est dans une relation privilégiée, elle est son épouse, les croyants sont membres de son corps, de sa chair et de ses os (Ep 5.29-30). Néanmoins, c’est bien sur la base du même sang répandu à Golgotha que nous pouvons être sauvés.


    Rappelons quelques expressions :
    Le sang de Jésus-Christ nous a :

    - ……… ………………. 1 P 1.18-19
    - ……… …………. Ep 2.13
    - ……… ……….. 1 Jn 1.7
    - ……… ………… Ap 1.5


    Un Mémorial


    - …………… ………………………. 1 Co


    Un Témoignage


    - ………… …………… 1 Co

    - ………… …. 1 Co

    - ………………… ……………………..



    ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………