La Cène, sous son aspect du souvenir, est précieuse au cœur de chaque croyant, elle nous parle de notre Sauveur accomplissant l’œuvre que le Père lui avait donnée à faire, cette œuvre qui a glorifié Dieu et qui permet à des êtres pécheurs de se tenir devant Dieu avec une bonne conscience, comme une famille d’adorateurs.


    Or, à tout privilège se lie une responsabilité. Plus que cela, la responsabilité est en rapport avec l’excellence du privilège. Nous nous proposons donc de considérer les conditions que la Parole de Dieu requiert afin DE NE PAS MANGER LE PAIN ET BOIRE LA COUPE INDIGNEMENT (1 Co 11.27).


    Nous participons à la CENE DU SEIGNEUR, réunir autour de la TABLE DU SEIGNEUR (1 Co 11.20 et 10.21). Il ne faut pas plus arrêter nos pensées à la table matérielle sur laquelle, pratiquement, nous posons le pain et le vin, qu’à l’assiette ou la coupe qui les contiennent. Nous sommes en face de réalités spirituelles de la plus haute importance. Il s’agit, d’un côté de notre communion avec notre Sauveur et avec nos frères, de l’autre, des droits du Seigneur : c’est SA Table.


    - L’israélite, en offrant un sacrifice, avait communion avec l’autel ;
    - Le païen, en offrant un sacrifice aux idoles, se mettait en communion avec les démons ;
    - Le chrétien, en participant à la Table du Seigneur et en prenant la Cène du Seigneur, a communion avec le Seigneur : c’est une participation spirituelle, dans une commune pensée, à ce que représentent le pain et le vin : la personne et l’œuvre de notre Seigneur Jésus christ.


    ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

    I- GENERALITES (1 corinthiens 1.1-3 ; 10.14-22 ; 11.20-34)


    - …………… ………….. 1 Co 11

    - ………… …………… 1 Co 10 ; 11

    - ……… ………… Hb 10.10-14

    - ……… ………………. Ac 2.42-46

    - ……… ………….. Ac 20

    - ………… …………….. 1 Co 11

    - …… ………. 1 Co 10

    - …… …………… 1 Co 10


    Nous voyons par ces passages que non seulement le pain nous parle du corps du Seigneur livré pour nous, mais aussi de ce corps mystique dont tous les croyants sont membres et dont Christ est la tête glorifiée dans le ciel. Lorsque nous entourons le Seigneur pour nous souvenir de Lui à sa Table, nous proclamons que l’Église est une – un seul corps, 1 Co 10.17 – et qu’elle n’a qu’un chef (tête) : notre Seigneur Jésus Christ.


    ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

    II- RESPONSABILITE PERSONNELLE : S’APPROCHER


    - ………… ……………… 1 Co 11

    - …………
    - ……… ………….. 1 Co 11

    - ……… ….. 1 Co 11

    - …………


    Reconnaissons que seule la grâce de Dieu nous rend digne de participer à la Cène. Je ne suis pas digne de m’approcher du Seigneur, mais le Seigneur est digne que je me souvienne de Lui, que je réponde à son invitation d’amour : « Faites ceci en mémoire de mi ».


    ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

    III- RESPONSABILITE DE L’ASSEMBLEE : L’ACCUEIL


    - ……………… …………… Rm 14.1 ; 3 Jn 8-10

    - …………………


    Toutes les conditions se trouvent réalisées lorsqu’on constate la soumission à l’autorité du Seigneur et sa Parole.


    - ………… …………….. Rm 15.7

    - ………… …………. Ac 18.27 ; 1 Co 16.3, 10

    - ……… ………. 2 Co 3.1

    - ……………

    - ……… ………….. 1 Co 5.9-13


    ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………